Contactez-moi
  07 60 79 42 04
Les violences conjugales

Intimidations, bousculades, dévalorisations, menaces, brûlures, mépris, éclats de voix, gifles, coups de poings, dénigrement, torture, séquestration, harcèlement moral, ordres, violences sexuelles, remarques humiliantes, strangulation, mutilations, bris d’objets, mise en état de dépendance financière, confiscation de documents administratifs... Tous ces mots révèlent une agression, une atteinte volontaire à l’intégrité de l’autre, dont il est parfois extrêmement difficile de se libérer, lorsqu’on le vit et qu’on est sous l’emprise de quelqu’un. 

 

Il s'agit d'un rapport de dominant/dominé qui s'installe sur le long terme et qui progresse vers des actes de plus en plus violents. 

 

Chaque année plus de 225.000 femmes sont victimes de violences conjugales.

 

FACE À DE TELLES SITUATIONS, LA PASSIVITÉ EST LA PIRE DES SOLUTIONS.

 

Des solutions juridiques et des procédures existent pour vous protéger, vous mettre en sécurité, telles que "l’ordonnance de protection" ou le "téléphone grand danger".

 

En ce sens, que vous soyez mariées, liées par un PACS, en concubinage, avec la personne qui vous inflige ces violences, ou même séparés, vous pouvez saisir en urgence, le Juge aux Affaires Familiales aux fins de solliciter la délivrance d’une « ordonnance de protection ».

 

Sachez que les violences exercées sur les enfants peuvent également donner lieu à une "ordonnance de protection".

 

S’il existe des raisons sérieuses de considérer comme vraisemblable la commission des faits de violence allégués et le danger auquel la victime ou les enfants sont exposés, le Juge aux Affaires Familiales, délivrera après un débat contradictoire des parties devant lui et après avoir analyser les différents documents produits, tels que des dépôts de plainte, des certificats médicaux, des témoignages, des photographies, des procès-verbaux d’audition, une "ordonnance de protection".

 

Le Juge aux Affaires Familiales prendra alors de nombreuses mesures pour vous protéger, telles que l’interdiction pour l’auteur des violences d’entrer en relation avec vous ou vos enfants, la résidence séparée des parties, l’organisation de droits de visite médiatisés à l’égard des enfants en points rencontre, la fixation d’une contribution aux charges du mariage, la fixation d’une contribution à l’entretien et à l’éducation des enfants etc…:

 

En ce qui concerne « téléphone grand danger » qui est réservé aux cas les plus graves, vous serez directement relié à une plateforme spécialisée qui alerte les forces de l'ordre en cas de danger. 

Droit de la famille à Montpellier
Un problème familial à Montpellier ou dans une localité voisine ? Contactez Maître VIDAL
Avocat Emilie Vidal
15 rue du général Campredon 34000 Montpellier
07 60 79 42 04
emilievidalavocat@hotmail.fr